Actualités - A Beringen, le dernier triage-lavoir du bassin campinois est menacé

Mis à jour le 14 septembre 2018
Mise à jour du 14 septembre 2018 - Mauvaises nouvelles

Il y a du neuf concernant le triage-lavoir de Beringen et les nouvelles ne vont pas dans le bon sens.

Au stade actuel, le permis de démolir le lavoir 1 est accordé mais le bâtiment est toujours protégé par un arrêté de classement.

B-Mine demande maintenant le déclassement des lavoirs 1 et 3, ce qui peut laisser augurer d’un souhait de démolir les deux lavoirs, comme le craignaient les adversaires de ce projet.

Une procédure de recours judiciaire contre le déclassement a par ailleurs été initiée par huit associations.

Plus d'information sur le site du Belang van Limburg


Mise à jour du 15 mars 2018 - Le permis de démolition accordé !
La Province de Limbourg accorde le permis de démolition du triage-lavoir n°1 de Beringen

par Jacques CRUL, Secrétaire

Le 1er mars 2018, le gouvernement provincial du Limbourg a pris la décision que craignaient les défenseurs du patrimoine industriel d'accorder le permis de démolition du triage-lavoir n°1 de Beringen à l'entreprise MINE, malgré les protestations venues de toute l'Europe contre les plans de démolition et le refus de la commune de Beringen. La Province de Limbourg suit ainsi le plan de be-MINE Beringen repris dans le plan d'action stratégique destiné à revaloriser l'ancien charbonnage de Beringen.

Cette décision ne tient apparemment pas compte du fait que le triage-lavoir est classé depuis 1994 comme monument et qu'il faut donc que celle-ci soit levée. Ceci nécessite une procédure qui n'a pas encore été lancée, comportant une enquête publique et une demande d'avis à la "Vlaamse Commissie Onroerend Erfgoed" (Commission flamande pour le patrimoine immobilier), la décision finale revenant au Ministre Geert Bourgeois et au Gouvernement flamand.

Le combat n'est donc pas encore perdu, il reste de réelles possibilités de renverser la vapeur, d'autant plus que le triage-lavoir est repris depuis le 16/01/2018 par Europa Nostra sur la liste 2018 des douze biens patrimoniaux les plus menacés en Europe.

PIWB soutient les opposants à cette démolition, compte tenu de la modification importante que celle-ci génèrera au niveau de la perception de ce site, qui est le mieux préservé de tous les anciens charbonnages limbourgeois, de la non-utilité de cette démolition et du coût proportionnellement faible que représente la prise de mesures basiques de protection.

Nous vous invitons à manifester votre opposition en signant, si vous ne l'avez fait, la pétition en ligne que vous trouverez en cliquant sur le lien ci-après :

 

Ou en écrivant aux différentes instances concernées, en particulier au Ministre Geert Bourgeois, au Gouvernement provincial limbourgeois et/ou à la commune de Beringen.


 

Mise à jour du 18 janvier 2018
Le lavoir à charbons de Beringen inscrit sur la liste restreinte du programme européen "The 7 Most Endangered" - COMMUNIQUE DE PRESSE

Le lavoir du charbonnage de Beringen, classé comme monument, mais néanmoins menacé, est inscrit sur la liste européenne 2018 des bâtiments historiques les plus menacés.

Le charbonnage de Beringen et l'usine de lavage et de triage du charbon, appelé le ‘lavoir’, ont été protégés comme monuments par le gouvernement flamand en 1993 et en 1994. Le lavoir est l'un des sites de patrimoine industriel les plus importants et les plus impressionnants de Flandre et même au-delà. 

Le lavoir a été construit en 1923 (Lavoir 1) et agrandi par la suite (Lavoirs 2, 3 et 4). Ensemble, ces quatre parties forment un bâtiment massif. C'est un mastodonte fonctionnel en fer, en acier, en briques et en verre qui domine le site minier et ses environs. Ses installations et ses équipements sont entièrement préservés, ce qui est exceptionnel en Europe. Il constitue un des plus importants représentants de l'exploitation minière à grande échelle telle qu'elle s'est développée au XXe siècle.


 
Malgré son importance et son statut de monument classé, des rumeurs ont fait surface au cours des dernières années à propos des projets de démolition partielle ou complète par le promoteur BE-Mine. Cet été, le conseil communal de Beringen a refusé une première demande de permis de démolition pour la section «Lavoir1». Ce refus fait maintenant l'objet d'une procédure d'appel auprès de la province de Limbourg.
 
L'année dernière, la ‘Vlaamse Vereniging voor Industriële Archaeologie vzw (VVIA, Association flamande d'archéologie industrielle asbl) a rédigé un dossier qu’elle a présenté dans le cadre de la campagne européenne «The 7 Most Endangered».
Il s'agit d'un programme d'Europa Nostra, la principale organisation du patrimoine en Europe, soutenu par l'Institut européen de la Banque d'Investissement, et patronné par la Commission européenne (programme «Creative Europe»).
 
Nous pouvons maintenant annoncer avec une satisfaction particulière que le lavoir du charbonnage de Beringen a été sélectionné par un panel d'experts dans divers domaines et placé sur la liste restreinte (shortlist) du programme «The 7 Most Endangered 2018». 
Sur cette liste, 12 sites patrimoniaux de 10 pays européens sont repris, dont un situé en Belgique.
 
Vous trouverez les versions néerlandaise, française et anglaise du communiqué de presse.
Pour de plus amples informations, notamment sur l'histoire du site, et pour plus photos, nous vous invitons à vous rendre sur le site web :
www.industrieelerfgoed.be/site/Kolenwasserij-steenkoolmijn-Beringen 
Des informations sur l'incorporation dans la liste des “7 Most Endangered”, sur l'évolution du dossier et sur les étapes ultérieures sont publiées et mises à jour dès à présent sur la page : www.industrieelerfgoed.be/content/kolenwasserij-beringen-most-endangered 

Des informations seront également diffusées à l'avenir via nos comptes Twitter (@Industr_erfg_VL) et Facebook.
 
Une pétition pour le sauvegarde du site vient d’être lancée :
- en néerlandais : www.gopetition.com/petitions/red-de-kolenwasserij-van-de-steenkoolmijn-van-beringen.html 
- en français : www.gopetition.com/petitions/sauvez-le-lavoir-%C3%A0-charbon-du-charbonnage-de-beringen-belgique.html 
  
D’autres précisions peuvent être obtenues à partir des adresses et des coordonnées mentionnées dans le communiqué de presse d’Europa Nostra mais aussi :
- auprès de l'Association flamande d'archéologie industrielle, Adriaan Linters, président (téléphone +32 (0)496.37.77.91)
- auprès du ‘Werkgroep Monumentenzorg’ (groupe de travail pour la conservation des monuments et sites) de Beringen, Stephan Put, président (téléphone +32 (0)497.42.98.31)
 

Nous aimerions ajouter que la Vlaamse Vereniging voor Industriële Archeologie (Association flamande d'archéologie industrielle) célèbre son quarantième anniversaire cette année. La VVIA a été fondée le 1er mai 1978 et est donc la plus ancienne association nationale d'archéologie industrielle sur le continent européen. VVIA est une association de bénévoles indépendante et, en tant que telle, elle n'est pas subventionnée par le gouvernement.
Vous trouverez des informations sur VVIA sur notre site internet: www.industrieelerfgoed.be 

2018 est également l'Année européenne du patrimoine culturel.
L'Association flamande d'archéologie industrielle est pleinement engagée dans la mise en valeur du patrimoine industriel en Flandre. Avril sera un mois thématique pour le patrimoine industriel des mines en Europe. Dans ce contexte, VVIA organise avec l’EFAITH (Fédération Européenne des Associations pour le Patrimoine Industriel et Technique) une rencontre européenne des associations et des bénévoles engagés en faveur du patrimoine minier, du 13 au 15 avril à Beringen, voir www.miningheritage.org 


 

Mise à jour du 14 novembre 2017
Beringen : permis de démolition refusé !

par Jacques CRUL, Secrétaire

A Beringen, dans le Limbourg, quatre triages-lavoirs sont installés côte à côte dans l’ancien charbonnage, qui ferma ses portes en 1989.
L’un d’entre eux, appelé N°2, a fait l’objet d’une rénovation en profondeur. Il est destiné à accueillir des visiteurs dans le cadre du projet d’ouverture au public d’une partie du charbonnage, projet connu sous le nom de B-Mine.

Les triages-lavoirs de Beringen. Photo Jacques Crul.

Deux autres sont menacés de démolition totale à savoir les triages n° 1 et 3, et le triage n°4 devrait faire l’objet d’une démolition partielle.
Ce projet a suscité de nombreuses réactions de défenseurs du patrimoine (dont PIWB) qui ne comprennent pas l’urgence de cette démolition, qui va entraîner une modification importante des volumes du bâti du site, alors que les coûts de maintenance de cet outil sont faibles. Notre position est de demander de simplement conserver cet équipement, sans l’aménager, et de laisser le soin aux générations futures de décider de son sort. Cela rejoint en quelque sorte la position prise par Blegny-Mine par rapport à la partie non-visitée de son triage-lavoir. J’ai interpelé le Bourgmestre de Beringen à ce sujet lors d’une visite sur place le 1er septembre. Une délégation de Beringen est ensuite venue à Blegny-Mine le 9 octobre afin de voir l’état du bien après 37 années d’inactivité, ce qui n’a pas manqué de les convaincre de la pertinence de cette solution.

La commune de Beringen a récemment refusé d'octroyer le permis de démolition mais la possibilité d'interjeter appel auprès de la Province de Limbourg peut toujours être envisagée.


7 juillet 2013

Merci de réagir rapidement et soutenir la conservation du triage-lavoir de Beringen en envoyant un mail au Ministre Geert Bourgeois en faisant référence à ce numéro spécial de la Newsletter de PIWB

Vlaams Minister Geert Bourgeois - geert.bourgeois@vlaanderen.be

Geert Bourgeois, Ministre compétent en matière du patrimoine immobilier en Région flamande, est mis “sous pression” par des promoteurs (Be-Mine en particulier) voulant rentabiliser au maximum la reconversion du site minier du Charbonnage de Beringen  (Limbourg belge). Pour ce faire, ils insistent sur le « déclassement » d’une partie importante de l’ancien charbonnage, à savoir de l’impressionnant triage-lavoir.

Le 15 juin dernier, lors de l’Assemblée Générale de l’asbl Patrimoine Industriel Wallonie-Bruxelles (PIWB), ce dossier a été évoqué par Patrick Viaene, qui avançait des arguments solides pour la sauvegarde de cette infrastructure importante.

Notamment,

- Il faut éviter à tout prix le déclassement, qui mènera rapidement vers la démolition du bâtiment.  Le classement (protection) des différents bâtiments de l’ancien charbonnage de Beringen avait été longuement réfléchi. C’est le seul ensemble minier que les autorités régionales désiraient conserver dans son entièreté, soulignant la localisation de Beringen, « porte du bassin campinois », lieu où, depuis 1984 (déjà pendant les dernières années d’exploitation), un musée minier, géré en grande partie par des volontaires, accueille des visiteurs.

- Récemment, sur le même site, plusieurs tours de refroidissement ont été également classées comme monument. La démolition d’une autre composante de la mine apparaît  illogique.

- Les autorités publiques ont le devoir de protéger les rares monuments historiques du bassin minier campinois contre les spéculateurs, qui n’ont qu’une stratégie à court terme, ignorant les potentialités certaines des bâtiments qu’ils veulent voir disparaître. La sauvegarde du lavoir (avec sa superficie modeste, tenant compte du vaste terrain à développer) ne forme pas un réel obstacle pour le redéveloppement durable du site. 

- Le triage-lavoir est aussi un élément-clef du site minier par sa signification (élément central entre l’extraction et le transport /expédition du charbon). Le bâtiment reflète l’envergure et la taille des charbonnages campinois,  le dernier à être conservé.

En Wallonie, tous les édifices de triage-lavoir ont disparu, sauf quelques rares exceptions comme à Blegny-Mine, Péronnes-lez-Binche (Charbonnage St.Albert & St.Aldegonde) ou à Farciennes (Roton). 

- Des exemples comme la reconversion du triage-lavoir de Zollverein (Essen-Katernberg) en espace muséal ou le site charbonnier et sidérurgique de Dolni Vitcovice (Ostrava) démontrent les potentialités du triage-lavoir de Beringen (www.dolnioblastvitkovice.cz).

L’état actuel de délabrement du bâtiment ne justifie pas le déclassement. En attendant sa restauration, il s’agit de protéger l’ensemble du bâtiment de futures dégradations avec une enveloppe ou toit temporaire, comme on peut voir dans d’autres sites patrimoniaux.

Informations : Patrick VIAENE, Land van Waaslaan 156 à 9040 Sint-Amandsberg (Gent) - patrick.viaene@hogent.be - Gsm : 0474/25.85.866 - Tél. 09/228.52.72