Actualités - Prague : Rapport sur la conférence internationale portant sur le paysage culturel minier de Krušnohoři/Erzgebirge (République Tchèque /Allemagne) - 11 et 12 novembre

Publié le 1 décembre 2013

Par Jacques Crul, secrétaire de PIWB

A la demande de la DG04 et à l'invitation du Ministère tchèque de la Culture et de la Région de Ústí, j'ai participé les 11 et 12 novembre à Prague à une conférence internationale visant à présenter et à soumettre à critique la candidature des Monts métallifères (appelés en tchèque Krušnohoři et en allemand Erzgebirge) situés en Bohème (CZ) et en Saxe (D) à la reconnaissance comme patrimoine mondial de l'Unesco dans la catégorie "paysage culturel".

Ce projet fut initié en 1998 du seul côté allemand, où il fut porté par le Professeur Helmuth ALBRECHT de l'Université de Freiberg, bien connu de l'Administration Wallonne du Patrimoine et des responsables des sites miniers majeurs de Wallonie, pour avoir expertisé nos sites à deux reprises en 2009 et 2011, dans le cadre de notre candidature à la reconnaissance comme patrimoine de l'Humanité. Le projet a évolué en 2009 vers une candidature transfrontalière des Monts métallifères, qui se situent à cheval sur la frontière tchéquo-allemande, en Bohème et en Saxe.

Il concerne 6 entités en République tchèque et 8 en Allemagne, représentant plus de 500 biens. C'est donc un projet de grande envergure, englobant de nombreux sites miniers, mais aussi quantité de bâtiments et monuments, ainsi que du patrimoine immatériel à travers des traditions minières encore bien vivantes de nos jours.

La première journée de la conférence fut consacrée à la présentation du projet, qui devrait être déposé en janvier 2014 par la République Fédérale d’Allemagne (ce point est toutefois encore sujet à caution, la conférence ayant montré l'intérêt de faire déposer le projet par la République tchèque, de façon à éviter un risque de rejet vu que d'autres projets allemands seraient également déposés).

La deuxième journée fut réservée aux sites reconnus Patrimoine mondial de l’Unesco, à savoir les mines de mercure d'Idrija (Slovénie) et Almadén (Espagne), reconnues comme Patrimoine mondial de l’Unesco en 2012, la mine de sel de Wieliczka (Pologne) et les sites miniers majeurs de Wallonie. Un des points de débat a porté sur la définition de "paysage culturel".

L'obligation de dépôt préalable des plans de gestion, qui est maintenant effective, fut présentée comme un point positif, de même que l'établissement d'une association préalable des sites, entités et régions concernées, au sein d'une structure formelle, où le financement apporté par chacun est défini de façon précise.

Les contacts "off" ont été particulièrement riches, notamment avec les trois experts ICOMOS présents, Helmuth ALBRECHT (D), Dušan KRAMBERGER (Slovénie) et Rolf HÖHMANN (D), ainsi qu'avec les équipes tchèques et allemandes qui gèrent la candidature au quotidien, et notamment, avec Mme Jitka VIČKOVÁ, spécialiste au Ministère tchèque de la culture et, plus précisément, à l'institut « Point focal national ».

Deux associations ont été créées pour soutenir le projet : une côté thèque, appelée Montanregion Krušnéhory, groupant 4 villes (Jáchymov, Horní Blatná, Boží Dar, Abertamy), et une côté allemand, appelée Welterbekonvent Erzgebirge (WEK), groupant 35 villes et communes (http://welterbe.wfe.eu/3_mp/).

Un budget annuel de minimum 1.200.000 € est disponible sur base du financement des entités concernées et il a également été largement fait appel au sponsoring privé. Une équipe de 6 personnes est affectée au projet côté tchèque et 5 personnes côté allemand, Helmuth ALBRECHT non compris. La conférence a également mis en évidence les problèmes spécifiques liés à la gestion patrimoniale des mines souterraines et les participants concernés ont formulé le souhait de pouvoir se rencontrer régulièrement, au moins au niveau européen, pour des échanges d'expériences et de bonnes pratiques en la matière.